Show Navigation

Collection de ressources

Le milieu bâti : Comprendre l’influence de l’environnement physique sur la santé et le bien-être des Premières Nations vivant sur réserve

Roberta Stout définit dans son document les cadres bâtis comme étant « l’environnement physique fabriqué ou modifié par l’homme dans lequel des personnes vivent, travaillent et se divertissent », une définition tirée des travaux de Cheadle et Tugwell [1]. Elle examine l’influence qu’exerce le cadre bâti sur la santé et le mieux-être des peuples des Premières Nations vivant dans une réserve. L’auteure décrit les effets du colonialisme et du relogement forcé sur les Autochtones, y compris leurs effets dommageables pour la santé. Elle s’est plus particulièrement intéressée à cinq éléments du cadre bâti qui ont des effets dévastateurs sur la santé et le mieux-être des populations des Premières Nations qui vivent dans une réserve, c’est-à-dire :

  1. le logement,
  2. la gestion de l’eau et des eaux usées,
  3. la sécurité alimentaire,
  4. la vie active,
  5. le transport.

Dans son analyse, Roberta Stout explique notamment qu’une ventilation déficiente et les moisissures augmentent le risque de tuberculose, que le manque d’accès à des aliments sains fait grimper le taux d’obésité et que le mauvais entretien des routes dans les « zones d’accès limité » entraîne une multiplication des accidents de la route impliquant plusieurs véhicules. Elle insiste sur le fait que le manque de soutien de la part du gouvernement et des organismes de santé relativement au cadre bâti concourt à ces mauvais résultats de santé. L’auteure explique en outre que l’imposition de modèles de logement de type européen ne convient pas toujours aux zones géographiques ni aux climats dans les réserves, ce qui exacerbe le problème.

Roberta Stout offre des stratégies pour remédier aux problèmes causés par l’insuffisance de fonds et l’inattention liées aux cinq éléments du cadre bâti de la liste ci-dessus. Elle propose notamment pour toutes les réserves d’appliquer les concepts et les principes d’urbanisme autochtone à l’aménagement des cadres bâtis, d’accorder la priorité à l’accès à l’eau potable et à la bonne gestion des eaux usées et d’encourager l’enseignement des activités traditionnelles de chasse et de récolte aux générations montantes.

Servez-vous de cet outil pour

  • faciliter une discussion entre des collectivités autochtones et des collègues de la santé publique au sujet du cadre bâti et de l’influence de celui-ci sur l’état de santé des peuples des Premières Nations vivant dans une réserve;
  • déterminer les possibilités de passer à l’action et de mettre au point des politiques liées aux cadres bâtis sur les réserves;
  • amorcer des échanges avec les chefs et les collectivités autochtones afin d’accorder une place à la perspective autochtone dans les plans d’aménagement des cadres bâtis des peuples autochtones n’habitant pas une réserve.

Référence bibliographique

Stout, Roberta. (2018). Le milieu bâti : Comprendre l’influence de l’environnement physique sur la santé et le bien-être des Premières Nations vivant sur réserve. Centre de collaboration nationale de la santé autochtone. Récupéré de https://www.ccnsa-nccah.ca/525/Voir_publication.nccah?id=236

Ressources connexes 

Références bibliographique

[1] Cheadle, T., et A. Tugwell. (2014). Healthy built environment linkages: A toolkit for design, planning, health, Version 1.1. Vancouver (C.-B.): Provincial Health Services Authority.

Balises: Engagement communautaire , Sécurité alimentaire , Logement , Santé autochtone , Organisme de santé publique , Lien

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

* indicates required
Je souhaite recevoir des mises à jour par e-mail sur: