Show Navigation

Blogue

Devenir antiraciste : une initiative du CCNDS

Devenir antiraciste : une initiative du CCNDS

Écrit parConnie ClementConnie Clement | -
Connie Clement

Connie Clement, BSc

Scientific Director Emeritus

Connie Clement joined the NCCDH in January 2011. Before working with the NCCDH, she spent nearly three decades at Toronto Public Health as director of policy and planning when six public health units merged, and held varied management and front-line health promotion and sexual health positions. Connie was also the executive director of Health Nexus/Nexus Santé, an Ontario-oriented health promotion organization, and of Social Venture Partners Toronto, a venture philanthropy collaborative; she was also managing editor and collective member of Women Healthsharing. Connie holds a BSc in Biology/Sociology from Trent University. Connie received the Canadian Public Health Association’s certificate of merit in 2014.

[email protected]

Le présent blogue fait partie d’une série de blogues qui paraitront tout au long de 2017. On y explique ce qui a précipité l’initiative actuellement en cours au CCNDS pour devenir antiraciste de manière plus intentionnelle. On sera ainsi mieux en mesure de mettre en pratique les connaissances qui aideront la santé publique à traiter du racisme et de la racialisation dans ses milieux de travail et à considérer le racisme comme étant un déterminant structurel de la santé et un problème d’iniquité au sein de la population.

Au CCNDS, notre travail consiste à mettre les connaissances en pratique afin d’aider la santé publique à attirer l’attention et à exercer une influence sur les forces et les conditions sociétales qui influencent et déterminent la santé des gens. L’un de ces systèmes et processus sociétaux, que l’on appelle les déterminants structurels de la santé, concerne le racisme et la racialisation.

J’entends par racisme les systèmes sociaux qui classent les groupes en fonction des perceptions et des stéréotypes raciaux, en privilégiant certains groupes et en défavorisant d’autres au chapitre de l’allocation des ressources sociétales. Dans le cas du Canada, les privilèges associés au fait d’avoir la peau blanche et les désavantages associés au fait d’avoir la peau d’une autre couleur sont perpétués par les politiques, les institutions et les normes culturelles. La « racialisation » est un concept qui a évolué afin de rendre la construction sociale de la race plus visible. Dans le site Web Calgary Anti-Racism Education (éducation antiraciste de Calgary), on décrit le concept comme suit : « la racialisation est le processus très complexe et très contradictoire par lequel les groupes en viennent à être désignés comme étant d’une ‘race’ particulière et, dans ce contexte, sujets à un traitement différent et inégal » [traduction libre]. Au Canada, on considère les personnes à la peau blanche comme étant la norme et invisibles, tandis qu’on garde visible la race des personnes à la peau d’une autre couleur. Le fait d’attirer l’attention sur les processus par lesquels cette situation se produit fait partie intégrante du travail de démantèlement du racisme et d’atténuation des effets dévastateurs du racisme. 

Les influences systémiques sur la santé, les déterminants de la santé et l’équité en santé, y compris là où se croisent le racisme et la santé, ne sont pas vraiment enseignées dans les écoles, pas même dans les programmes d’enseignement pour les professionnels de la santé publique. On n’intègre pas systématiquement le fait de comprendre le racisme et de chercher à le réduire dans les exigences, les pratiques et les méthodes de la santé publique. Par conséquent, la santé publique, comme domaine, ne possède qu’une compréhension minimale du racisme en tant que déterminant structurel de la santé ou de la manière dont les institutions et la pratique de santé publique contribuent à perpétuer le racisme.

En 2016, le CCNDS a lancé un projet antiraciste à long terme. L’idée est venue parce que le personnel de couleur demandait depuis longtemps qu’on accorde plus d’attention au racisme. L’équipe se disait que les acteurs du secteur de la santé publique étaient sans doute plus susceptibles de se montrer des alliés des Autochtones du Canada dans la foulée de la publication du rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.  Un incident et la réaction de l’équipe ayant des effets racistes ont suscité la mise sur pied du projet. Les objectifs de l’initiative du CCNDS sont les suivants :

  • acquérir une compréhension commune du racisme – y compris des effets tels qu’ils sont vécus par les Autochtones, les Canadiennes et Canadiens de race noire et les autres personnes racialisées – et de ses effets sur les déterminants sociaux de la santé, l’équité en santé et notre propre culture organisationnelle;
  • acquérir les habiletés personnelles et la capacité organisationnelle de reconnaître le racisme et d’y réagir;
  • préciser le rôle du CCNDS pour ce qui est de mettre les connaissances en pratique à l’endroit où se croisent la pratique et la capacité de la santé publique, le racisme et l’amélioration de l’équité en santé.

En septembre 2016, nous avons organisé un atelier intensif auquel a participé beaucoup de monde. Steve Law, un animateur qui travaille depuis de nombreuses années pour l’antiracisme, a dirigé l’atelier. Ensemble et individuellement, nous avons appris des choses sur le racisme, le pouvoir, le privilège et notre équipe. La séance avait été conçue pour profiter à tous les membres du personnel, en tenant compte des expériences différentes par rapport à la racialisation. Nous avons exploré la manière dont le racisme se vit et se perpétue chez les membres de l’équipe, réfléchi à ce qui s’était passé au sein de l’équipe au début de l’été, et examiné les moyens que peut utiliser le CCNDS pour se montrer un organisme antiraciste et servir de catalyseur et de ressource pour les autres organismes de la santé publique.

L’atelier s’est révélé une étape clé d’un processus de changement de plus longue haleine. Nous avons formé un groupe de travail interne chargé de soutenir et d’orienter le processus. Tout au long de 2017, nous tiendrons des séances mensuelles. Comme processus, nous avons adopté The Circle Way (en anglais), une méthode de discussion en groupe légèrement dirigée et informelle qui ne cesse de se perfectionner depuis plus de 20 ans. Les membres du personnel assument en rotation les rôles d’hôtes, de gardiens et de secrétaires. Tous les mois, l’hôte choisit un sujet de discussion, souvent en utilisant un article ou une vidéo ou une baladodiffusion pour lancer la conversation. Nous cherchons à tirer parti des compétences expérientielles et professionnelles que possède notre personnel de couleur en matière de racisme, tout en intégrant le personnel de race blanche dans le co-leadership du changement.

La première séance d’apprentissage a eu lieu en janvier 2017. Nous avons lu le texte de Robin DiAngelo intitulé White Fragility, puis nous en avons discuté. Le texte introduisait un concept nouveau pour le personnel de race blanche du CCNDS, mais connu de la plupart du personnel racialisé. Durant la discussion parfois chargée d’émotion, nous avons exploré comment les personnes de race blanche sont isolées de l’inconfort racial et acquis une meilleure compréhension de nos positions sociétales individuelles et variées. Le texte de février s’intitulait Racism as a determinant of immigrant health, un texte d’information stratégique rédigé par Ilene Hyman et financé par l’Agence de la santé publique du Canada pour le compte de Metropolis. Le texte de mars qui s’intitule First Peoples, second class treatment: The role of racism in the health and well-being of Indigenous peoples in Canada par Dr. Billie Allan et Dr. Janet Smylie.

Les membres de l’équipe se sont engagés à passer par des blogues pour parler de notre expérience de groupe et personnelle à un auditoire plus large, conformément au plan d’agir au su et au vu de tous, pour que les autres acteurs de la santé publique aient l’occasion de tirer des leçons de notre processus de changement. Nous prenons des notes, faisons des lectures et participons à des webinaires. Nous ramenons de nouvelles connaissances et de nouvelles ressources dont nous faisons part à l’équipe. Certains membres du personnel parlent de notre engagement à changer pour adopter l’antiracisme à des collègues, à des amis et à de la famille. Comme l’a mentionné un membre du personnel de couleur blanche, une fois que vous commencez à comprendre le racisme, vous le voyez partout. Puis, quand vous le voyez partout, que faites-vous – et que fait la santé publique – à ce propos? Nous recommanderons des ressources antiracistes de même que des techniques d’apprentissage réfléchi afin de bonifier la pratique de santé publique. Personnellement, je me sens privilégiée d’avoir cette occasion, avec l’équipe, d’aborder un élément aussi clé de l’équité en santé dans le cadre de mes fonctions en santé publique.

Lisez le texte Devenir antiraciste : de petits pas le long du chemin qui traite de ce qui a conduit à ce projet. Revenez consulter notre site Web et lire nos prochains blogues sur le sujet.

Balises

Key concepts Racism/racialization L’équité raciale au CCNDS

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

* indicates required
email_updates: