Show Navigation

Blogue

Le personnel du CCNDS souscrit au principe d’antiracisme grâce à un dialogue éclairé : première de deux parties

Le personnel du CCNDS souscrit au principe d’antiracisme grâce à un dialogue éclairé : première de deux parties

Écrit parConnie ClementConnie Clement | - le 19 mars 2018
Connie Clement

Connie Clement, BSc

Scientific Director Emeritus

Connie Clement joined the NCCDH in January 2011. Before working with the NCCDH, she spent nearly three decades at Toronto Public Health as director of policy and planning when six public health units merged, and held varied management and front-line health promotion and sexual health positions. Connie was also the executive director of Health Nexus/Nexus Santé, an Ontario-oriented health promotion organization, and of Social Venture Partners Toronto, a venture philanthropy collaborative; she was also managing editor and collective member of Women Healthsharing. Connie holds a BSc in Biology/Sociology from Trent University. Connie received the Canadian Public Health Association’s certificate of merit in 2014.

[email protected]

Au cours de l’été et de l’automne 2016, le Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé (CCNDS) a amorcé une démarche auprès de l’ensemble de son personnel pour qu’il souscrive au principe d’antiracisme. De ce fait, le CCNDS devient une organisation antiraciste. Voir mes blogues Devenir antiraciste : une initiative du CCNDS [1] et Devenir antiraciste : de petits pas le long du chemin [2] que j’ai rédigés à titre de directrice scientifique, de même que les blogues rédigés par d’autres membres du personnel (ici [3] et ici [4]) au sujet des premières leçons qu’elles ont tirées de la démarche.

Dans mon premier blogue « Devenir antiraciste » paru en mars 2017, je signale l’intention du CCNDS de tenir des séances de conscientisation mensuelles, et je décris la méthode de discussion The Circle Way [5] (en anglais) que nous avons décidé d’adopter. Mes blogues de cette année, celui-ci et le prochain intitulé « Le personnel du CCNDS souscrit au principe d’antiracisme grâce à un dialogue éclairé : deuxième de deux parties [6] » font état de nos discussions et des ressources que nous avons utilisées pour nous aider dans notre démarche. D’autres blogues porteront sur les impressions du personnel relativement au processus jusqu’à maintenant, en incluant le point de vue des membres du personnel de couleur, et sur notre plan de changement organisationnel que nous sommes à élaborer.

Établissement du processus

Notre méthode de discussion exigeait une préparation de la part de l’animatrice, mais aussi du personnel participant. Avant chaque rencontre, l’animatrice désignée, selon la rotation mensuelle, nous donnait une lecture, une vidéo ou un webinaire dont il fallait prendre connaissance, ainsi qu’un mot d’introduction au sujet et la liste des questions à débattre durant la rencontre. Deux autres membres du personnel assumaient les rôles de surveillante et de secrétaire, en rotation aussi chaque mois. La surveillante nous aidait à respecter le processus prévu et prêtait attention à la dynamique de groupe, en intervenant au besoin. La secrétaire prenait en note les principaux points abordés durant la discussion.

La conversation débutait avec un tour de table où chaque participante faisait part de ses impressions par rapport aux lectures et aux discussions des mois précédents, et aussi de ce qui pouvait s’être passé à la suite de la dernière rencontre et qui pouvait être d’intérêt pour ses collègues. Au fil des mois, les questions à débattre ont porté de plus en plus sur les lectures et avaient pour but de nous forcer à nous interroger.

Chaque cercle de discussion comportait un volet où nous devions réfléchir aux implications pour nous en tant qu’équipe et en tant qu’organisation. Le cercle se clôturait par un « contrôle de sortie » avec un tour de table, souvent à partir d’une question précise afin d’approfondir la réflexion. La secrétaire prenait des notes, puis transmettait le compte rendu à l’ensemble du personnel avant de le classer pour consultation ultérieure.

Aperçu des ressources, de janvier à avril

Voici la liste des ressources dont il a été question lors des rencontres et que j’ai accompagnée des grandes lignes de nos discussions. Je souligne que j’ai choisi – moi, une femme blanche jouissant de privilèges considérables – les faits saillants à rapporter dans le présent blogue. Les autres membres du personnel auraient sans doute fait un choix différent, en fonction de leur contexte racial et de leur vécu respectifs et du point de vue exprimé durant la séance en question. Nous publierons des messages d’autres membres du personnel, y compris le personnel de couleur, dans les semaines et mois à venir.

Janvier

White fragility [7] (Robin DiAngelo)

Avant la séance du mois, le personnel a pris part à un exercice visant à démanteler les croyances au sujet de la race et du racisme de même que les sources de ces croyances [8]. L’exercice portait sur les images, les valeurs, les préjugés, ainsi que sur leurs origines et leurs conséquences, d’abord en fonction du contexte racial d’une personne, puis en explorant d’autres contextes raciaux. En groupe, nous avons abordé la manière dont les Blancs sont protégés des préjudices lors de telles discussions.

Mme DiAngelo décrit la mesure dans laquelle les personnes à la peau blanche jouissent d’une « sécurité raciale », de sorte que même les plus infimes menaces à cette sécurité déclenchent des mécanismes de défense conçus pour maintenir « l’équilibre racial ». L’un des appels à l’action de l’auteure est de susciter l’intérêt et d’engager la conversation des personnes blanches sur le racisme. Les membres du personnel ont reconnu que le déséquilibre (manque d’équilibre ou perturbation) peut servir d’outil à cet effet et ont remis en question le besoin constant d’aspirer à l’harmonie sociale.

Février et mars

Le racisme comme déterminant de la santé des immigrants [9] (Ilene Hyman)

Ce texte est un document d’orientation commandé par le gouvernement fédéral. Il comporte une multitude de faits incontestables et de données. Les sujets qu’en ont dégagé les membres de l’équipe aux fins de discussion sont : la mesure dans laquelle le racisme est ancré dans les processus d’immigration, les effets du racisme structurel et interpersonnel sur la santé mentale et le racisme en tant que facette ou cause de l’exclusion sociale. Nous avons poursuivi la conversation sur le terme « racialisé », et nous nous sommes demandées à qui le qualificatif s’applique ou devrait s’appliquer.

Début avril

First Peoples, second class treatment: The role of racism in the health and well-being of Indigenous peoples in Canada [10] (Billie Allan, Ph. D., et Dre Janet Smylie)

Le texte a permis aux membres de l’équipe de faire la distinction entre le racisme vécu par les populations autochtones et celui vécu par les populations de couleur. On y fournit une analyse sur  la colonisation comme processus permanent. Les membres du personnel ont souligné l’écart entre la valeur de la diversité si chère au Canada et la réalité du racisme généralisé. Elles ont mentionné que le texte avait contribué à mieux leur faire connaître les effets du racisme sur plusieurs générations. Nous aurions aimé y lire des conseils sur les stratégies à mettre en place pour changer les institutions du système de santé.

Fin avril

The problem with privilege [11] (Andrea Smith)

Ce texte est un blogue qui traite des effets – positifs et négatifs – qu’entraine la « reconnaissance de son privilège » en utilisant ce rituel comme point de départ pour savoir comment adopter des mesures antiracistes. Nous avons discuté de l’idée de l’auteure selon laquelle les exercices qui font ressortir les privilèges (p. ex., Unpacking the invisible knapsack [12], beads of privilege [13]) risquent de renforcer le déséquilibre du pouvoir. Nous nous sommes demandées quel genre d’action concrète à long terme contribuerait à modifier la dynamique du pouvoir. En partant de la critique de l’auteure au sujet des espaces de sécurité, nous avons examiné quel genre d’espace organisationnel le CCNDS était en mesure de créer. Enfin, nous avons débattu en équipe du rôle de la vision dans les mouvements sociaux.

Pour lire mes notes au sujet des conversations tenues dans les derniers mois de 2017, allez voir mon blogue intitulé « Le personnel du CCNDS souscrit au principe d’antiracisme grâce à un dialogue éclairé : deuxième de deux parties ».

 

Photo : Startup Stock Photos

 

Textes cités :

[1] Clement, C. (2017). Devenir antiraciste :  une initiative du CCNDS [blogue, Internet]. Antigonish (N.-É.) : Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Université St. Francis Xavier [cité le 19 mars 2018]. [3 écrans]. À récupérer de http://nccdh.ca/fr/blog/entry/becoming-anti-racist-an-nccdh-initiative

[2] Clement, C. (2017). Devenir antiraciste : de petits pas le long du chemin [blogue]. Antigonish (N.-É.) : Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Université St. Francis Xavier [cité le 19 mars 2018]. [4 écrans]. À récupérer de http://nccdh.ca/fr/blog/entry/becoming-anti-racist-small-steps-along-the-way

[3] Fish, K. (2017). Les cadeaux d’une démarche antiraciste [blogue]. Antigonish (N.-É.) : Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Université St. Francis Xavier [cité le 19 mars 2018]. [4 écrans]. À récupérer de http://nccdh.ca/fr/blog/entry/the-gifts-of-anti-racism-work

[4] MacDonald, D. (2017). Ne faites pas attention à l’homme derrière le rideau [blogue]. Antigonish (N.-É.) : Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Université St. Francis Xavier [cité le 19 mars 2018]. [3 écrans]. À récupérer de http://nccdh.ca/fr/blog/entry/pay-no-attention-to-the-man-behind-the-curtain

[5] The Circle Way [Internet]. [Endroit inconnu] : The Circle Way, c2018 [cité le 19 mars 2018]. À récupérer de http://www.thecircleway.net/ (en anglais)

[6] Clement, C. (2018). Le personnel du CCNDS souscrit au principe d’antiracisme grâce à un dialogue éclairé : deuxième de deux parties [blogue]. Antigonish (N.-É.) : Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Université St. Francis Xavier [cité le 19 mars 2018]. [4 écrans]. À récupérer de http://nccdh.ca/fr/blog/entry/nccdh-staff-becoming-anti-racist-through-informed-dialogue-2-of-2

[7] DiAngelo, R. (2015). La fragilité blanche : pourquoi est-ce si dur de parler aux Blancs de racisme? [Internet] [Endroit inconnu] [cité le 19 mars 2018]. À récupérer de http://www.etatdexception.net/la-fragilite-blanche-pourquoi-est-ce-si-dur-de-parler-aux-blancs-de-racisme/ 

[8] McGibbon, E.A. et J.B. Etowa. (2009). Anti-racist healthcare practice. Toronto (Ont.) : Canadian Scholars’ Press Inc. Box 2.2 Exercise for dismantling our beliefs (and their sources) about race and racism. P. 36.

[9] Hyman, I. (2009). Le racisme comme déterminant de la santé des immigrants [Internet]. [Endroit inconnu] : Direction des initiatives stratégiques et des innovations, Agence de la santé publique du Canada [cité le 16 mars 2018]. 21 p. À récupérer de http://canada.metropolis.net/pdfs/racism_policy_brief_f.pdf

[10] Allan, B. et J. Smylie. (2015). First Peoples, second class treatment: the role of racism in the health and well-being of Indigenous peoples in Canada [Internet]. Toronto (Ont.) : Wellesley Institute [cité le 16 mars 2018]. 64 p. À récupérer de http://www.wellesleyinstitute.com/publications/first-peoples-second-class-treatment/ (en anglais)

[11] Smith, A. (14 août 2013). The problem with privilege [blog] [Internet]. [Endroit inconnu] : WordPress.com [cité le 16 mars 2018]. [17 écrans]. À récupérer de https://andrea366.wordpress.com/2013/08/14/the-problem-with-privilege-by-andrea-smith/ (en anglais)

[12] McIntosh, P. (c2013-2018). White privilege: unpacking the invisible knapsack and some notes for facilitators [Internet]. Wellesley (Mass.) : Wellesley Centres for Women [cité le 13 mars 2018]. [8 écrans]. À récupérer de https://nationalseedproject.org/white-privilege-unpacking-the-invisible-knapsack (en anglais). Source d’origine : McIntosh, P. (juillet-août 1989). White privilege: unpacking the invisible knapsack. Philadelphia (Penns.) : Women's International League for Peace and Freedom, p. 10 à 12.

[13] Allen, B.J. (Date inconnue). Privilege exercise – Based on an exercise by: Gerakina Arlene Sgoutas and colleagues [Internet]. Denver (Color.) : University of Colorado Denver [cité le 19 mars 2018]. 11 p. À récupérer de http://differencematters.info/uploads/pdf/privilege-beads-exercise.pdf (en anglais)

Balises

Racism/racialization L’équité raciale au CCNDS

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

* indicates required
email_updates: