Show Navigation

Collection de ressources

Avenues politiques : intervenir pour réduire les inégalités sociales de santé

Les politiques publiques se révèlent un facteur contribuant à la création d’inégalités sociales de santé. Ce rapport de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) fait la recension des initiatives de réduction des iniquités de santé. Il fait également état des interventions stratégiques menées au Québec et ailleurs au Canada ainsi qu’en Europe et ailleurs dans le monde relativement à certains déterminants de la santé précis. On y examine en outre l’action intersectorielle, l’intégration de la santé dans toutes les politiques et les évaluations de l’incidence sur la santé en tant qu’approches pertinentes que peuvent utiliser les organismes gouvernementaux. 

Différences dans les stratégies d’intervention : globales et axées sur des déterminants

Des pays comme la Norvège, la Finlande, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni ont mis en place des interventions globales, par exemple une coordination intersectorielle menée par des organismes gouvernementaux et des mécanismes intégrant l’obligation de rendre compte de la mise en œuvre de certaines politiques. Dans des cas comme l’Australie, la Suède et le Royaume-Uni, certains organismes sont responsables de la surveillance et de l’évaluation des interventions et de l’application des connaissances en découlant. Les interventions plus substantielles relèvent habituellement du ministère de la santé dans ces pays. Les facteurs favorisant ces démarches sont la volonté politique, les valeurs de justice et d’équité et le principe de gouvernance intersectorielle. Les auteurs du rapport signalent en outre quelques écueils, par exemple le manque d’évaluation des interventions et la difficulté à établir l’harmonie entre les interventions universelles et les interventions ciblées non stigmatisantes.

Les interventions axées sur des déterminants précis comme la petite enfance et l’éducation, l’emploi ainsi que l’aménagement du territoire sont généralement pilotées par les secteurs, notamment celui de  la santé. La participation et la mobilisation de la population au chapitre des priorités établies (p. ex., le développement durable) se sont révélées bénéfiques. Tout comme pour les interventions politiques globales, l’incidence des politiques axées sur des déterminants précis n’est pas toujours évident et les personnes les plus marginalisées n’en bénéficient pas nécessairement.

Le rapport fait ressortir l’absence de politiques publiques particulières sur la réduction des inégalités sociales en santé au Québec. Toutefois, de nombreuses initiatives gouvernementales et locales de santé publique peuvent aider à atteindre cet objectif. Mentionnons par exemple la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale mis en place par le gouvernement et une surveillance de la santé publique orientée vers l’équité et la préparation de rapports connexes par les services de santé publique.

Servez-vous de cet outil pour :

  • explorer les interventions politiques propres à réduire les iniquités de santé;
  • comparer des approches globales et axées sur des déterminants pour réaliser l’équité en santé.

Référence bibliographique :

Lambert, R., J. St-Pierre, L. Lemieux, M. Chapados, G. Lapointe, P. Bergeron, R. Choinière, M.-F. Leblanc et G. Trudel. (2014). Avenues politiques : intervenir pour réduire les inégalités sociales de santé. Montréal (Québec) : Institut national de santé publique du Québec.

Balises: Analyse des politiques , Organisme de santé publique , Lien

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

* indicates required
Je souhaite recevoir des mises à jour par e-mail sur: