Show Navigation

Blogue

Les 5 questions sur la collaboration intersectorielle

Les 5 questions sur la collaboration intersectorielle

Par Dianne Oickle Dianne Oickle Sur - le 6 novembre

Qu’est-ce que la collaboration intersectorielle?

L’Organisation mondiale de la Santé et l’Agence de la santé publique du Canada (1) définissent l’action intersectorielle en matière de santé comme étant des « actions mises en œuvre par des secteurs autres que celui de la santé, éventuellement mais pas nécessairement en collaboration avec ce dernier, visant des résultats pour la santé ou l’équité en santé ou portant sur des déterminants de la santé ou de l’équité en santé » (p. 3). L’action intersectorielle vise les facteurs sociaux et économiques agissant sur la santé d’une population au sein des secteurs et entre ceux-ci sur les plans local, régional, provincial, national et mondial. Dans l’analyse du contexte 2014 publiée par le CCNDS, l’action intersectorielle constitue l’une des priorités à instaurer si on veut agir positivement sur les déterminants sociaux de la santé et l’équité en santé (2).

Pourquoi se préoccuper d’action intersectorielle?

L’action intersectorielle permet d’agir collectivement sur les déterminants sociaux de la santé. Elle permet de travailler de manière transdisciplinaire, d’inciter à l’action une plus grande diversité de participants et de décideurs, d’agir sur une multitude de facteurs de santé et de mobiliser le capital social autour de l’action sur l’équité en santé (3). Une telle démarche peut donner plus de cohérence aux politiques de manière à éviter l’inégalité structurelle au sein des gouvernements, des fournisseurs de services, des membres de la collectivité, du secteur privé et de bien d’autres parties concernées (4). L’action intersectorielle se révèle particulièrement utile si la santé ne constitue pas le principal objet d’une politique. Les politiques ne relevant pas du secteur de la santé ont une incidence considérable sur l’équité en santé. Par conséquent, il faut envisager de s’investir dans d’autres secteurs pour ne pas manquer les occasions d’agir sur les déterminants sociaux (5).

Où se passe l’action intersectorielle?

L’action intersectorielle fait souvent intervenir de petits groupes de personnes travaillant dans différents secteurs de la société dans diverses sphères organisationnelles afin de coordonner et de fournir des services et des programmes favorables à l’équité en santé. Il s’agit parfois de rencontres interorganismes, de coalitions communautaires, d’équipes de soins pluridisciplinaires, de liens informatiques entre les systèmes d’information et du partage de bureaux par les responsables de la prestation des programmes. La collaboration peut prendre diverses formes, c’est-à-dire se dérouler de manière tant officielle qu’officieuse (ententes écrites ou non, mise en commun des budgets, coordination de la prestation des services, action coordonnée), horizontale (au même échelon dans tous les secteurs) ou verticale (à divers échelons dans tous les secteurs), voire même restreinte (un service en particulier) ou étendue (changement systémique) (6).

Quand l’action sectorielle se révèle-t-elle nécessaire?

Il a été démontré que l’action intersectorielle se révèle utile pour trouver des solutions aux problèmes d’harmonisation des services, aux chevauchements, aux déficiences et aux incohérences dans la prestation des services, à l’utilisation efficace des ressources restreintes et à la mise en commun des compétences et des ressources pour influer sur la santé globale (7). Même si l’action intersectorielle n’est pas nécessaire pour fournir des services et de l’information sur la santé individuelle ou comportementale, elle peut être très utile pour coordonner la prestation des services destinés aux populations avec lesquelles il est difficile de communiquer. L’action intersectorielle ne se réalise pas sans heurt. Il ne s’agit pas simplement de réunir des personnes autour d’une table pour la mener à bien. Il faut également du temps, des ressources (financières et humaines), un leadership visionnaire, de solides relations de confiance, des objectifs communs et précis et un climat de confiance. Il importe de prendre en compte les éléments susceptibles de créer les conditions propices à la réussite (4).

Qui prend part à l’action intersectorielle?

Petite ou grande, toute collaboration peut se révéler efficace. Les parties prenantes doivent néanmoins adopter la « même » vision qui aura été définie dans un langage compris par tout le monde. Les fournisseurs de services des secteurs de la santé et autres, les divers ordres de gouvernement et les organisations du secteur privé sont tous des collaborateurs potentiels, tout autant que les membres de la population. On ne saurait sous-estimer l’importance de faire participer les membres de la collectivité, car c’est avec leur aide que se dévoilent les solutions les mieux adaptées au contexte local. Il s’agit alors d’avoir recours aux méthodes participatives centrées sur la collectivité (8) et aux autres outils d’engagement communautaire.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires. À quel genre de collaboration intersectorielle participez-vous en ce moment? Qu’est-ce qui a fonctionné le mieux pour vous? Qu’est-ce qui vous empêche d’avancer? Jetez un coup d’œil aux ressources mentionnées ci-dessous les références… puis expliquez-nous où vous en êtes dans vos démarches dans ce domaine en m’envoyant un petit courriel.

Références bibliographiques

  1. Organisation mondiale de la Santé et Agence de la santé publique du Canada. L’équité en santé grâce à l’action intersectorielle : analyse d’études de cas dans 18 pays [Internet]. Genève (Suisse) : Organisation mondiale de la santé, 2008 [cité le 16 octobre 2014]. À télécharger à l’adresse http://publications.gc.ca/collections/collection_2008/phac-aspc/HP5-67-2008F.pdf
  2. Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé. Aviver l’intérêt : Appliquer les connaissances pour faire avancer l’équité en santé [Internet]. Antigonish (N.-É.) : Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé, Université St Francis Xavier, 2014 [cité le 16 octobre 2014]. À télécharger à l’adresse https://nccdh.ca/images/uploads/Full_Analyse_du_contexte_2014.pdf
  3. Alberta Health Services. Social environments and health: Healthy Public Policy concept paper [Internet]. Edmonton (Alb.) : Healthy Public Policy, Health Promotion, Disease and Injury Prevention, Alberta Health Services, mars 2011 [cité le 16 octobre 2014]. À télécharger à l’adresse http://www.albertahealthservices.ca/poph/hi-poph-hpp-healthy-public-policy-concept-paper.pdf (en anglais).
  4. Danaher, A. Reducing health inequities: enablers and barriers to inter-sectoral collaboration [Internet]. Toronto (Ont.) : Wellesley Institute, juin 2011 [cité le 16 octobre 2014]. À télécharger à l’adresse http://www.wellesleyinstitute.com/wp-content/uploads/2012/09/Reducing-Health-Inequities-Enablers-and-Barriers-to-Intersectoral-Collaboration.pdf (en anglais).
  5. Organisation mondiale de la Santé. The equity action spectrum: taking a comprehensive approach. Guidance for addressing inequities in health [Internet]. Copenhague (Danemark) : Bureau régional pour l’Europe de l’OMS, 2014 [cité le 16 octobre 2014]. À télécharger à l’adresse http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0005/247631/equity-action-090514.pdf?ua=1 (en anglais).
  6. Agence de la santé publique du Canada. Le portail canadien des pratiques exemplaires. Approche axée sur la santé de la population : cadre organisateur. « Élément clé 6 – Favoriser la collaboration entre les différents secteurs et niveaux » [Internet]. Ottawa (Ont.) : Agence de la santé publique du Canada, 19 mars 2014 [cité le 16 octobre 2014] [environ sept écrans]. À consulter à l’adresse http://cbpp-pcpe.phac-aspc.gc.ca/fr/population-health-approach-organizing-framework/key-element-6-collaborate-sectors-levels/
  7. Axelsson, R. et S. B. Axelsson. « Integration and collaboration in public health – a conceptual Framework ». International Journal of Health Planning and Management [Internet]. 2006 [cité le 16 octobre 2014], vol. 21, no 1, p. 75 à 88 [environ 14 pages]. À télécharger à l’adresse https://www.k4health.org/sites/default/files/axelsson_bihari_axelsson_2006.pdf (en anglais).
  8. Wallerstein, N. et B. Duran. « Community-based participatory research contributions to intervention research: the intersection of science and practice to improve health equity ». American Journal of Public Health [Internet]. 2010 [cité le 16 octobre 2014], vol. 100 (suppl. S1), p. S40 à S46 [environ 7 pages]. À télécharger à l’adresse http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2837458/pdf/S40.pdf (en anglais).

Balises

Action intersectorielleDocument d’information